LES PORTEURS DU PROJET PAVILLON MADAGASCAR À LA BIENNALE DI VENEZIA

 

Cette première participation de Madagascar à la Biennale di Venezia 2019 est réalisée grâce à une collaboration, ainsi qu’une confiance mutuelle, entre le Ministère de la Communication et de la Culture de la République de Madagascar et l’Association Kantoko accompagnée par l’Association Revue Noire.

 

Historique du projet 

 

Mars 2018 : l’Association Kantoko a reçu l’accord du Ministère de la Communication et de la Culture de la République de Madagascar pour porter la candidature auprès de La Biennale di Venezia
Juin 2018 : le dossier de candidature a été déposé auprès de La Biennale di Venezia
Juillet 2018 : la Biennale de Venise convoque les producteurs du projet et l’artiste pour un entretien 
Aout 2018 : La Biennale di Venezia confirme la participation de Madagascar 
Septembre 2018 : contractualisation de la participation

 

 

Les rôles entre les partenaires et les acteurs dans ce projet ont été repartis de la manière suivante :

 

Le Commissionner est le Ministère de la Communication et de la Culture de la République de Madagascar

L’artiste est Joel Andrianomearisoa

Les commissaires de l’exposition sont Rina Ralay Ranaivo et Emmanuel Daydé

Les producteurs de l’opération sont les associations Kantoko à Antananarivo et Revue Noire à Paris

KANTOKO ASSOCIATION POUR LE DÉVELOPPEMENT DES ARTS ET DE LA CULTURE À MADAGASCAR

 

 


L’association Kantoko a été créée en 2015 par un groupe d’artistes et de professionnels malgaches conscients actuellement de toute l’importance de s’engager collectivement dans le développement et la promotion des Arts et de la Culture à Madagascar. 
Elle est le symbole de sa détermination à vouloir prendre en mains sa propre destinée, continuellement mise à l’épreuve par un contexte général à la fois complexe et précaire. 

 

Depuis 2007, les fondateurs de l’association ont été les maîtres penseurs et d’œuvre de divers projets culturels et artistiques. 

Avec le soutien des instituions publiques et du secteur privé local, ils ont réalisé quelques opérations qui ont marqué l’imaginaire collectif, notamment l’exposition internationale 30 et Presque-songes (2007 et 2011), ou encore le parcours artistique Parlez-moi (2016) pour une exploration de la ville d’Antananarivo à travers des performances et des propositions esthétiques présentées dans plusieurs lieux originaux et surprenants. 

La dernière réalisation de Kantoko a été le soutien à la production d’une importante exposition pluridisciplinaire, collective et rétrospective sur les expressions artistiques contemporaines malgaches : Ici la limite du royaume est la mer (2018)


Non seulement les membres de l’association sont convaincus que ces projets sont des façons concrètes de fédérer les forces vives et les énergies créatrices de leur pays, mais ce sont également des manières de créer un lien de travail, de complicité et d’amitié avec et entre les différents composants de cette société malgache, de plus en plus fragmentée et stratifiée, en quête de nouveaux repères communs,

de valeurs collectives à partager et des images positives à encourager.

 

C’est dans le prolongement de ces actions que l’association Kantoko s’est engagée dans la mise en œuvre de ce premier Pavillon malgache

à la 58ème édition de La Biennale di Venezia. Avec l’artiste du pavillon, le plasticien Joël Andrianomearisoa, elle a obtenu l’accompagnement précieux du Ministère de la Culture dans l’exécution de cette illustre tâche d’inscrire une image positive et créative de Madagascar dans une des plus importantes et prestigieuses manifestations d’art contemporain au monde. 

 

Ce rendez-vous pris avec l’histoire constitue actuellement une fierté collective partagée avec tout un pays.
 

Rina Ralay Ranaivo est le président de l'association, Solonirina Marie Joséphine est la secrétaire générale, Lisiane Randrianalisoa la trésorière

REVUE NOIRE ASSOCIATION POUR LES EXPRESSIONS CONTEMPORAINES D'AFRIQUE ET DU MONDE

 

 

Revue Noire, un engagement

 

L’association Revue Noire puise ses racines dans la création du magazine du même nom en 1991 sur la création contemporaine africaine.

Jean Loup Pivin et Pascal Martin Saint Leon en sont toujours les animateurs depuis l’origine. Aujourd’hui, sous sa forme associative, l’activité se concentre sur l’aide aux artistes du monde et à leurs projets avec une part éditoriale réactivée. 

 

Revue Noire a été créée pour révéler et diffuser les artistes et créateurs du continent africain et de sa diaspora au monde entier. Avec leurs compagnons d’origine, Simon Njami, Bruno Tilliette et N’Goné Fall, le symbole qu’ils avaient de la récompense de leurs efforts en publiant plus de trois mille artistes inconnus en dix ans, était que des talents africains vivant en Afrique puissent participer à La Biennale di Venezia. Pas une manifestation « d’art africain » en Europe ou aux Usa mais dans l’excellence mondiale de l’art contemporain. 

 

Être dans le temple de sa reconnaissance serait le signe de la fin de l’indifférence d’un référent mondial à ce continent. Ce qui fut enfin le cas en 1995 avec Ousmane Sow, sénégalais  et Jane Alexander, sud-africaine. 

Puis les premiers pavillons existèrent comme celui générique d’un continent, L’Afrique, pour une seule édition, et ceux de l’Angola, l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire, Haïti…

 

Pour l’édition de 2019,  Revue Noire s’implique dans la production du premier Pavillon Madagascar de La Biennale di Venezia aux côtés du Ministère de la Culture de Madagascar et de l’association malgache Kantoko. 

Le choix de l’artiste, Joël Andrianomearisoa, est pour beaucoup dans l’engagement de Revue Noire à partager son rôle de producteur. Et ainsi de consacrer énergie et ressources à ce qu’aujourd’hui peu d’états en Afrique font, tant les urgences sont ailleurs. Un comportement difficile à contester, même si… 

 

Même si montrer qu’un pays sait enfanter de grands talents et se donner les moyens pour les faire connaître change l’image même du pays et probablement la confiance du peuple en lui-même quel que soit le domaine. Et même si les actions ayant trait à la création et à la culture peuvent sembler parfois dérisoires, il est important de participer brillamment à ce que chacun veut affirmer et partager une identité et un regard dans ces moments exceptionnels de communication mondiale.

 

Dans la continuité de l’ambition de ses origines, Revue Noire est fière et heureuse de participer à l’épanouissement de l’œuvre de Joël Andrianomearisoa dans le premier Pavillon Madagascar de La Biennale di Venezia de 2019.
 

Jean Loup Pivin et Pascal Martin Saint Léon, fondateurs de l'association Revue Noire